""







"Montage, mon beau souci" dit Jean-Luc Godard.

Cinéphile depuis l’enfance et après une incursion comme infirmière en psychiatrie, je trouve enfin ma voie : le montage.

À l’université d’Aix-en-Provence, je débute une formation théorique avec, notamment, Nicole Brenez et son enthousiasme communicatif pour l’analyse filmique.

Suit une formation pratique de deux ans au CREAR de Chantilly, section montage - film et vidéo. Nous avons une salle de montage 16 mm chacun. Le rêve !

Mon premier stage ? « Le trésor des Iles chiennes » de F.J. Ossang, le poète écrivain et musicien punk. Emballement immédiat ! La rencontre est un coup de foudre professionnel : je ne me lasse pas d’observer de si près la maturation de sa pensée esthétique, ses doutes et ses fulgurances.

Ce qui me fascine c’est ça : chercher ensemble pour structurer le récit, trouver le bon rythme, l’émotion la plus juste, magnifier les personnages. Tout doit me servir pour aboutir à ça ! Mon écoute et mon attention, aiguisées au cours de mes années en psychiatrie, vont me permettre d’être au plus près des intentions des réalisateurs. Mon sens du rythme, épanoui lors de la création du groupe de rock « Fin de série », dans lequel je chantais et jouais des claviers, va m’aider à trouver le bon tempo des plans et à ressentir les images comme l’on danse. Mes années de lectrice de scénarios à France 2 Cinéma, où j’ai fait de nombreuses fiches de lecture, ont développé mon sens de la structure du film.

Le plaisir vient aussi des rencontres : F.J. Ossang, bien sûr, Krzysztof Kieslowski, Philippe Faucon, Virginie Despentes, Valérie Denesle, Jean-François Chiron, Lætitia Masson, Diane Bertrand ou Guy Deslauriers, entre autres. Chacune m’a nourrie et m’a fait progresser. Ma satisfaction à retravailler avec les mêmes réalisateurs vaut ma curiosité à découvrir l’univers des plus jeunes. Ce qui compte, c’est que ma sensibilité et mes connaissances soient au service du film, pour qu’aucun regret ne persiste en fin de montage.

C’est pourquoi je continue à me former, tant au plan théorique (j’ai renoué avec les cours de Nicole Brenez à Paris) que pratique (Avid, Final Cut Pro, exports, etc…)